Manque de vitamine D : facteurs à risques et meilleurs traitements

Le manque de vitamine D ? Un véritable fléau, selon les spécialistes de santé. En effet, le manque de vitamine D s’impose comme une carence nutritionnelle des plus populaires, et répandue à travers le monde entier. Bien connu pour toucher en premier lieu les séniors et femmes ménopausées, le manque de vitamine D est également associé avec certains troubles de santé – tels que la sclérose en plaques, ou l’obésité.

De fait, l’une des causes majeures de l’hypovitaminose D demeure le manque d’exposition aux rayons du soleil. Ainsi, pour y remédier, la solution évidente semble être l’exposition ; cela dit, en cas d’impossibilité, les suppléments en vitamine D seront vos meilleurs alliés. Manque de vitamine D, facteurs à risques et meilleurs traitements pour rétablir ses taux… A suivre, retrouvez tous les détails dans ce guide complet !

Eléments clés

  • Le manque de vitamine D est synonyme de risque de carence. Soit une affection désastreuse pour la santé, qui peut altérer tout à la fois les systèmes osseux, immunitaire et métabolique.
  • L’hypovitaminose D peut être la conséquence de mauvaises habitudes diverses : faible exposition au soleil, alimentation pauvre en sources de nutriments, ou difficulté d’absorption et synthèse de la vitamine D.
  • La vitamine D liposomale possède une qualité d’absorption optimale, et révèle son efficacité pour rétablir les taux de vitamine D déficients. En association avec une alimentation riche en nutriments, et une exposition solaire régulière : dites adieu au manque de vitamine D !

Tout ce que vous devez savoir sur le manque de vitamine D

Alors, d’où vient l’hypovitaminose D ? En vérité, les manifestations sont d’origine variables, en fonction du sexe, âge, lieu de résidence ou période de l’année. Cependant, une chose est sure : le manque de vitamine D touche différentes catégories de personnes dans le monde ; et peut être la cause ou conséquence de maladies chroniques, métaboliques ou auto-immunes.

Le manque de vitamine D peut entraîner une prédisposition aux troubles de l’humeur – comme l’anxiété, tristesse ou irritabilité. (Source : Asife: 48076090/ 123rf.com)

Comment détecter le manque de vitamine D ?

Aussi, en cas de suspicion d’hypovitaminose D, réalisez un test pour mesurer vos taux de 25-hydroxy-vitamine D. Les valeurs sont exprimées en ng/ml (nanogrammes par millilitre). Voici les intervalles de taux et leurs différentes interprétations (1, 2) :

Niveaux de 25-(OH)-D dans le sang (25-hydroxy vitamine D) Conclusions
Entre 30 et 90 ng/ml Normal. Taux suffisant de vitamine D.
Entre 20 et 29 ng/ml  Manque de vitamine D.
Moins de 20 ng/ml  Carence en vitamine D. 

Qui manque de vitamine D ?

Ainsi, les personnes qui présentent une prédisposition au manque de vitamine D sont le plus souvent les séniors et femmes ménopausées… mais pas seulement. Voici les autres sujets et facteurs à risque d’hypovitaminose D :

Séniors

Plusieurs facteurs externes expliquent un risque accru de manque de vitamine D avec l’âge : une synthèse de la vitamine D et un métabolisme rénal moins efficaces, notamment. A cela s’ajoute, une exposition au soleil moins fréquente, en particulier pour les personnes âgées hospitalisées, et résidant en maisons de retraite, ou EPHAD (3, 4).

Latitudes extrêmes

De fait, ceux qui résident plus proches de l’Equateur, à des latitudes inférieures à 30° au nord ou sud, ont une faible disposition au manque de vitamine D. Ainsi, les personnes susceptibles de souffrir de carence résident en général dans les régions à faible ensoleillement (5).

Hospitalisation longue durée

Aussi, pour les mêmes raisons de faible exposition solaire, les sujets hospitalisés souffrent de manque de vitamine D (6).

Femmes ménopausées

En effet, pour les femmes en post-ménopause, le manque de vitamine D résulte d’une diminution de la fréquence d’exposition au soleil, et d’une synthèse de la vitamine D moins efficiente. Avec un risque plus élevé de développer de l’ostéoporose, par manque de vitamine D pour fixer le calcium (3).

Obésité

En effet, trop de graisse corporelle aurait tendance à altérer le rapport entre les graisses et le taux de vitamine D (3).

Peaux foncées

De fait, les peaux foncées révèlent des concentrations de mélanine plus élevées – soit un pigment qui pourrait ralentir la synthèse de la vitamine D (7).

Difficulté d’absorption

Enfin, de nombreux troubles hépatiques et rénaux altèrent la synthèse de la vitamine D. Tandis que la maladie coeliaque, entre autres, peut provoquer une malabsorption de la vitamine D dans l’intestin (3).

Le manque de vitamine D pourrait affecter 50 % de la population mondiale, avec un impact néfaste sur la santé osseuse, métabolique et cardio-vasculaire. (Source : Goodluz: 45367049/ 123rf.com)

Quelle est la cause d’un manque de vitamine D ?

Tout d’abord, la principale cause de manque de vitamine D est une faible exposition solaire, généralement en hiver. De plus, le processus de synthèse de la vitamine D peut être affaiblie par des critères tels que : des latitudes extrêmes, un écran solaire haute protection, ou des vêtements couvrants (visage et corps) (5, 8).

Aussi, pour les séniors, les facteurs de prédisposition au manque de vitamine D sont également liés à la faible exposition solaire durant les hospitalisations ponctuelles, ou longue durée ; et à un processus de synthèse de la vitamine D lent, dû au vieillissement (3, 4).

En parallèle, le manque de vitamine D peut aussi être le fruit d’autres facteurs individuels ou externes, à savoir :

  • Surpoids et excès de masse graisseuse : la vitamine D est liposoluble, par définition. Aussi, lorsqu’elle est “capturée” par la graisse corporelle, elle peut faire chuter les taux de 25-hydroxy vitamine D (3, 9).
  • Régime à faible teneur en vitamine D : en effet, l’exposition au soleil suffit généralement à combler les apports journaliers des enfants, et adultes. En cas de faible exposition, il est essentiel de combler ses apports grâce à la consommation de poissons, produits laitiers et œufs (2).
  • Malabsorption de la vitamine D : certains troubles de santé, comme la maladie coeliaque, mucoviscidose ou maladie de Crohn, altèrent fortement l’absorption des graisses. De même pour la vitamine D, assimilée en même temps que les corps gras (9).
  • Altération du métabolisme de la vitamine D : ainsi, les pathologies hépatiques ou rénales, peuvent nuire au métabolisme de la vitamine D en sa forme active – car elle transite d’abord par le foie, puis les reins (2).
  • Traitements médicamenteux qui dégradent la vitamine D : comme certains anticonvulsivants, immunosuppresseurs, glucocorticoïdes ou antirétroviraux, à l’origine d’une dégradation accrue de la vitamine D, et synonyme de carence (3, 9).
Dans le cas des personnes en surpoids, la quantité de vitamine D disponible dans l’organisme peut être “diluée”, à cause du volume de masse graisseuse. (Source : Vesalainen: 95475337/ 123rf.com)

Quelles sont les conséquences du manque de vitamine D pour la santé ?

En premier lieu, la vitamine D se démarque pour son rôle clé dans l’absorption, et fixation du calcium. C’est pourquoi le manque de vitamine D est à l’origine de maladies des os, chez les enfants et adultes. En effet, la carence en vitamine D durant l’enfance est la cause principale du rachitisme (2).

En outre, chez les adultes, le manque de vitamine D favorise l’ostéoporose, ostéomalacie, et augmente le risque de fractures. De plus, la carence en vitamine D génère des troubles métaboliques, tels que l’insulino-résistance, ou l’augmentation des taux de cholestérol (1, 2, 10).

De fait, la vitamine D renforce également le système immunitaire, et protège l’organisme face aux agressions extérieures, et maladies auto-immunes. Enfin, un lien étroit a été établi entre le manque de vitamine D, et la sclérose en plaques, arthrite rhumatoïde et inflammations de l’intestin (3, 10).


Traitement contre le manque de vitamine D

De fait, bien que le lien entre le manque de vitamine D et l’obésité, le diabète, les taux de cholestérol élevés ou la sclérose en plaques, n’ait pas été clairement établis, il demeure capital de traiter le risque de carence avérée en vitamine D. Ainsi, grâce à une alimentation adaptée, une exposition solaire responsable, et la supplémentation en vitamine D… Oubliez vite les désagréments du manque de vitamine D !

Si vous avez recours aux complexes de multivitamines, n’oubliez pas de combiner les suppléments avec une alimentation riche en vitamine D, et une exposition solaire régulière. (Source : Anetlanda: 95894518/ 123rf.com)

Une exposition solaire régulière

De fait, les experts préconisent 10 à 20 minutes d’exposition solaire, en moyenne 2 ou 3 fois par semaine, de préférence entre 10 et 16 heures. Ainsi, vous pouvez synthétiser suffisamment de vitamine D, et combler, de manière responsable, vos apports journaliers (2, 9, 10).

Aliments naturels ou enrichis en vitamine D

En premier lieu, une alimentation saine et équilibrée, qui contient du poisson, des produits laitiers et jaunes d’œuf, contribue à 20 % de vos apports journaliers en vitamine D. De plus, privilégiez les harengs et sardines, le foie et les œufs pour la vitamine D3 (cholécalciférol) ; ou les champignons – shiitake – pour la vitamine D2 (ergocalciférol) (2, 10).

De plus, une autre alternative s’offre à vous avec les aliments enrichis en vitamine D – comme le lait, jus et boissons végétales, ou le tofu et la levure nutritionnelle. Enfin, pensez à l’huile de foie de morue pour booster vos apports quotidiens (2) !

Une alimentation équilibrée, qui inclut des produits laitiers, poissons et jaunes d’oeuf, contribue à 20 % de vos apports journaliers en vitamine D. (Source : Citalliance: 43733138/ 123rf.com)

Suppléments contre le manque de vitamine D

Cela dit, si jamais le manque de vitamine D est révélé par un bilan sanguin (moins de 30 ng/ml), la prise de suppléments s’impose pour rétablir les niveaux de vitamine D dans le sang. Même si les apports journaliers varient entre 5 et 15 mcg par jour (selon l’âge, sexe et étape de vie) ; de fait, les suppléments apportent en général une quantité plus élevée, inoffensive pour l’organisme, destinée à lutter contre la carence (2, 3).

Ainsi, la supplémentation en vitamine D existe sous différentes formes : gélules, comprimés ou solution liquide (gouttes). De fait, les apports sont généralement situés entre 400 et 2000 UI (unités internationales) par jour, soit entre 10 et 50 mcg par jour. Enfin, des doses plus élevées peuvent aussi être administrées de manière hebdomadaire, bimensuelle ou mensuelle (3, 9).

Enfin, de nos jours, la vitamine D liposomale s’impose comme l’une des options numéro un pour augmenter ses taux, grâce au transport via les liposomes. Ainsi, pour booster efficacement vos niveaux de vitamine D : misez sur la vitamine D liposomale Sundt, soit un apport de 2000 UI !


En conclusion

En vérité, le manque de vitamine D est une forme de carence nutritionnelle malheureusement très répandue à travers le monde. Ainsi, les symptômes voient le jour en premier lieu chez les séniors, femmes ménopausées, personnes qui vivent à des latitudes extrêmes ; ou suite à la prise de certains traitements médicamenteux, ou hospitalisations de longue durée.

Aussi, en cas de suspicion, un simple test sanguin suffit à détecter un manque de vitamine D. Il est rare de combler ses besoins journaliers uniquement via l’alimentation, c’est pourquoi l’exposition est une alternative pour combler ses besoins. Au même titre que la supplémentation, option efficace pour rétablir ses taux : avec la vitamine D liposomale Sundt, le manque de vitamine D ne sera bientôt qu’un souvenir ! 

Est-ce que vous faites partie des sujets à risques de manque de vitamine D ? Alors, si ce guide vous a été utile, n’hésitez pas à nous laisser votre avis en commentaire. Enfin, partagez l’article avec vos amis sur les réseaux, merci !

(Source de l’image principale : Ratmaner: 74345708/ 123rf.com)

Références(10)

  1. Trincado P. Hipovitaminosis D. 2013.
  2. Gallagher M. Los nutrientes y su metabolismo. En: Mahan L, Escott-Stump S. Krause. Dietoterapia (Edición 12). 2008. Elsevier Masson.
  3. Sánchez A et al. Diagnóstico, prevención y tratamiento de la hipovitaminosis D. 2013.
  4. Vaqueiro M et al. Hipovitaminosis D asociada a exposición solar insuficiente en la población mayor de 64 años. 2007.
  5. Leary P, Zarnfirova I, Au J, McCracken W. Effect of Latitude on Vitamin D Levels. 2017.
  6. Lyman D. Undiagnosed vitamin D deficiency in the hospitalized patient. 2005.
  7. Young A et al. Melanin has a Small Inhibitory Effect on Cutaneous Vitamin D Synthesis: A Comparison of Extreme Phenotypes. 2020.
  8. Passeron T et al. Sunscreen photoprotection and vitamin D status. 2019.
  9. de Oliveira V et al. Influencia de la vitamina D en la salud humana. 2014.
  10. Costanzo P, Salerni H. Hypovitaminosis D: afectaciones no clásicas. 2009.
Précédent Colon irritable traitement et meilleures solutions Suivant Comment faire une cure de magnesium ? Mode d'emploi
Article scientifique
Trincado P. Hipovitaminosis D. 2013.
Aller à la source
Sans texte
Gallagher M. Los nutrientes y su metabolismo. En: Mahan L, Escott-Stump S. Krause. Dietoterapia (Edición 12). 2008. Elsevier Masson.
Article scientifique
Sánchez A et al. Diagnóstico, prevención y tratamiento de la hipovitaminosis D. 2013.
Aller à la source
Article scientifique
Vaqueiro M et al. Hipovitaminosis D asociada a exposición solar insuficiente en la población mayor de 64 años. 2007.
Aller à la source
Article scientifique
Leary P, Zarnfirova I, Au J, McCracken W. Effect of Latitude on Vitamin D Levels. 2017.
Aller à la source
Article scientifique
Lyman D. Undiagnosed vitamin D deficiency in the hospitalized patient. 2005.
Aller à la source
Essai clinique
Young A et al. Melanin has a Small Inhibitory Effect on Cutaneous Vitamin D Synthesis: A Comparison of Extreme Phenotypes. 2020.
Aller à la source
Article scientifique
Passeron T et al. Sunscreen photoprotection and vitamin D status. 2019.
Aller à la source
Article scientifique
de Oliveira V et al. Influencia de la vitamina D en la salud humana. 2014.
Aller à la source
Article scientifique
Costanzo P, Salerni H. Hypovitaminosis D: afectaciones no clásicas. 2009.
Aller à la source