Manque de fer : symptômes, traitement et prévention de la carence en fer

Votre docteur vous a recommandé de faire un bilan sanguin complet, suite à la découverte de faibles taux de globules rouges ? Si tel est le cas, il est possible que vous souffriez d’un manque de fer, voire d’une anémie déclarée (1). Notez que les globules rouges sont les garants du transport de l’oxygène au sein du corps humain. Alors, que se passe-t-il si jamais l’organisme manque d’oxygène ? Les symptômes de fatigue et faiblesse généralisée voient le jour, et affectent votre quotidien.

Sensation d’affaiblissement, peau pâle et ongles cassants… voici précisément les tout premiers symptômes qui peuvent signaler un début d’anémie. D’autant plus pour la majorité des femmes. Pour quelles raisons ? Simplement car en raison de la perte de sang durant les règles, les femmes sont plus sujettes au manque de fer ; bien que les hommes ne soient pas en reste ! Au cours de ce guide, nous allons rentrer dans le détail des symptômes, causes, conséquences, effets, prévention et traitement de la carence en fer. Bref, on va tout vous révéler sur le manque de fer, allons-y !

Eléments clés

  • Saviez-vous que les symptômes d’un manque de fer peuvent passer absolument inaperçus ? En effet, les carences sont généralement diagnostiquées par hasard, suite à des bilans sanguins de routine.
  • Parmi les symptômes les plus graves et fréquents, on peut citer la sensation de faiblesse généralisée, ou fatigue sévère. Mais aussi les migraines et maux de tête, la sensibilité excessive aux changements de température, le manque de résistance face à l’effort ou l’affaiblissement des défenses immunitaires.
  • Ainsi, si vous souhaitez lutter contre le manque de fer, plusieurs options s’offrent à vous : misez sur les aliments riches en fer, ou mieux… Comblez vos apports grâce aux suppléments en fer liposomal Sundt Nutrition. Tentez l’expérience, vous ne pourrez plus vous en passer !

Tout ce qu’il faut savoir sur le manque de fer

Connaissez-vous les symptômes de la carence, et les conséquences du manque de fer sur la santé ? Au cours de cette section, on décrypte pour vous les basiques à savoir sur le manque de fer, ainsi que les apports journaliers recommandés à respecter, pour éviter le risque de carence. Vous voulez en savoir plus sur le sujet ? Alors, poursuivez notre guide sur le manque de fer !

Quels sont les premiers symptômes du manque de fer ?

Le fer est un nutriment absolument essentiel au renouvellement cellulaire. Et pourtant, on estime qu’à peu près trois millions et demi de personnes dans le monde souffrent d’un manque de fer, léger à sévère (2). Etonnant, non ? Précisons que le manque de fer est le plus souvent léger. Cependant, si les symptômes de carence viennent à s’aggraver, ils peuvent inclure des affections de santé telles que (1, 2, 3, 7) :

  • Ongles cassants. Soit des ongles “mous” et peu résistants, avec une tendance à se dédoubler ou se casser facilement.
  • Fissures et gerçures au coin de la bouche. Une sécheresse marquée, généralement présente des 2 côtés de la bouche.
  • Pâleur. La peau est anormalement pâle, et le teint terne.
  • Gonflement de la langue. Voire des inflammations, ou douleurs.
  • Sensations de fatigue. Soit une fatigue sévère, faiblesse généralisée, et incapacité à poursuivre ses activités quotidiennes.
  • Frilosité au niveau des extrémités. Le fameux syndrome des personnes qui ont systématiquement très froid aux mains et pieds.
  • Difficultés de concentration.
  • Maux de tête et migraines. Voire des sensations de nausées, et vertiges.
  • Insuffisance respiratoire, et difficulté à respirer normalement.
  • Douleur au niveau de la poitrine. Avec un risque d’évolution vers des troubles de santé plus graves.

De manière générale, les symptômes de manque de fer passent inaperçus les premiers temps. Dans les pays développés, le manque de fer est la plupart du temps découvert par hasard, suite à un simple bilan de sanguin.

Parmi les symptômes du manque de fer, on peut notamment citer le syndrome des ongles cassants. (Source : Gugleta: XcW2nkj9nPg-/ Unsplash.com)

Que faire si le manque de fer perdure ?

Attention ! Si vous n’êtes pas en mesure de traiter votre manque de fer, la carence devient sévère et des symptômes plus graves peuvent voir le jour, tels que :

  • Tachycardie. Soit une affection de santé qui se manifeste par une accélération du rythme cardiaque, et des essoufflements plus rapides. Ces symptômes sont généralement le signe d’une anémie ferriprive.
  • Syndrôme des jambes sans repos (ou impatiences dans les jambes). Il s’agit ici d’un besoin irrépressible de bouger les jambes durant la nuit.
  • Le “pica”. Il s’agit ici d’un syndrome assez peu fréquent, qui conduit à une obsession compulsive de consommer des produits non comestibles – comme de la glace, des débris, saletés, peinture, chaux sur les murs, etc.
  • Perte d’appétit. Des symptômes principalement inquiétants chez les bébés, et enfants sujets au manque de fer sévère (anémie ferriprive).

Parmi les autres symptômes les plus graves constaté suite au manque de fer sévère, on peut également citer : le manque de résistance face à l’effort, la fatigue et faiblesse sévères, la pâleur et sensibilité excessive aux variations de températures, le manque de force, endurance et résistance, ainsi que l’affaiblissement général du système immunitaire.

Qu’est-ce qui provoque un manque de fer ?

Lorsque vous souffrez de manque de fer, vous êtes rapidement sujet aux symptômes d’anémie ferriprive. Un début de carence en fer, ou une anémie légère ou modérée passe relativement inaperçue. Cela dit, c’est une fois que l’état du manque de fer s’aggrave, que les symptômes commencent à devenir visibles – notamment par des sensations de fatigue sévère, essoufflements ou douleurs thoraciques. L’anémie est une altération de santé qui touche des publics différents, pour de multiples raisons. Retrouvez les principales causes de l’anémie dans le tableau ci-contre (2, 4) :

Causes anémie Exemples
Perte de fer sévère  1. Hémorragie grave, brutale et aiguë
2. Saignements hémorragiques chroniques ou ponctuels (règles, inflammations, maladies de sang ou cancéreuses) 
3. Don de sang (2 fois ou plus chez les femmes, 3 fois ou supérieur chez les hommes)
Baisse des apports alimentaires en fer 1. Régime végétarien ou végan
2. Malnutrition
3. Démence ou troubles psychiatriques 
Diminution de l’absorption des teneurs en fer 1. Traitement à base d’antiacides ou brûlures d’estomac
2. Maladie cœliaque
3. Inflammations de l’intestin
Augmentation des besoins en fer Grossesse et période d’allaitement 

Quelles sont les conséquences du manque de fer ?

Le manque de fer peut avoir un impact néfaste au quotidien, et être à l’origine de troubles de santé divers, en fonction de votre activité physique ou étape de vie. Prenez note (5, 6, 8) :

  • Conséquences sur la vie professionnelle. Compétences moins actives, et baisse des performances au travail.
  • Risque infectieux accru. Hausse de la probabilité de souffrir d’infections – notamment d’insuffisances respiratoires.
  • Grossesse et accouchement. Risque accru de mort prématurée suite à la grossesse, ou l’accouchement. Poids très faible à la naissance, prématurité et altérations de la faculté d’apprentissage de bébé.

En vérité, une étude menée en Inde sur des adolescentes avec ou sans anémie, a prouvé que les jeunes filles anémiques avaient obtenu des résultats scolaires inférieurs aux adolescentes avec des taux en fer moyens.

Les femmes enceintes doivent recourir à la supplémentation en fer, uniquement sous surveillance médicale. (Source : Hecker: wqcQ6ODwPxU/ Unsplash.com)

Qui sont les sujets au manque de fer ?

Les facteurs de risque de manque de fer sont des plus vastes. Cependant, certains facteurs peuvent accroître la prédisposition au manque de fer, entre autres (2, 7) :

Age

Et plus particulièrement les bébés de 6 à 12 mois, nourris uniquement au lait maternel ou au lait industriel premier âge, non enrichi en fer. Les enfants entre 1 et 2 ans peuvent auss être sujets au manque de fer, principalement s’ils consomment beaucoup de lait de vache à faible teneur en fer. Enfin, les adolescents sont également propices à souffrir de manque de fer durant leurs poussées de croissance.

Environnements insalubres

Notamment les enfants qui vont avoir du plomb dans le sang à cause de leur eau ou environnement. En effet, le plomb a tendance à interférer avec nos facultés de production d’hémoglobine.

Hérédité et patrimoine génétique

Nous faisons ici plus spécifiquement référence aux personnes hémophiles (troubles de coagulation du sang), ainsi que les femmes qui ont des règles abondantes, quasi hémoragiques.

Régime alimentaire et habitudes de vie

Tels que les personnes qui poursuivent un régime végétarien ou végan. Mais aussi les donneurs de sang fréquents, ou encore ceux qui fournissent des efforts physiques intenses durant des épreuves de résistance.

Sexe

En l’occurence, les adolescentes et femmes entre 14 et 50 ans se démarquent pour leurs besoins supérieurs, car elles sont davantage exposées au manque de fer et risque d’anémie durant les règles, la grossesse, l’accouchement ou période d’allaitement.

Les végétariens, végans et jeunes sportifs peuvent souffrir des conséquences du manque de fer et de l’anémie si jamais ils ne parviennent pas à équilibre leur taux grâce à des apports alimentaires adaptés. C’est pourquoi la supplémentation en fer peut leur être salutaire. (Source : Drobot: 38794415/ 123rf.com)

Quel est l’apport journalier recommandé pour remédier au manque de fer ?

Est-ce que vous pensez combler chaque jour vos apports en fer ? A travers le tableau ci-contre, retrouvez l’ensemble des apports journaliers recommandés en fer selon le sexe, l’âge ou période vie (grossesse ou allaitement), et selon les recommandations de l’Agence Nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) (2, 9).

Age Période Taux hommes
Milligrammes fer/jour
Taux femmes
Milligrammes fer/jour
0-6 mois   4,3 4,3
7 mois à 5 ans   8 8
6-9 ans   10 10
10-13 ans   11 15
14-19 ans   11 15
20-29 ans   9,1 18
30-39 ans   9,1 18
40-49 ans   9,1 18
50-59 ans   9,1 15
60-69 ans   9,1 9
Plus de 70 ans   9,1 9
  Grossesse   27
  Allaitement   15

Prévention et traitement contre le manque de fer

Vous souffrez de manque de fer, léger ou sévère ? Vous souhaitez combler vos apports, mais ne savez pas par où commencer ? Deux options se présentent à vous : renforcer vos apports nutritionnels à l’aide d’aliments riches en fer. Ou avoir recours à la supplémentation liposomale. Vous ne connaissez pas encore la révolution des liposomes dans l’univers des suppléments ? Il s’agit d’une nouvelle formulation de compléments qui facilite leur absorption, tentez l’expérience ! Voici quelques conseils avisés pour combler vos apports journaliers recommandés en fer. Prenez note !

Changement d’habitudes alimentaires

Si jamais votre mode de vie vous le permet, commencez par modifier votre régime alimentaire, et vos habitudes de vie. Comme vous le savez, la viande, le poisson et les fruits de mer sont les aliments les plus riches en fer ; cependant, si jamais vous êtes végétarien ou végan, alors combinez vos apports nutritionnels en fer avec la prise de vitamine C. Pourquoi ? Car ce nutriment permet de booster l’absorption du fer par l’organisme (13, 14, 15).

De plus, si jamais vous suivez un régime végétarien ou végan, gardez en tête que l’absorption du fer peut être amenée à varier en fonction de la biodisponibilité des aliments. A suivre, voici un résumé de la proportion entre l’absorption de fer, évaluée selon la biodisponibilité de différents groupes d’aliments :

  • Taux d’absorption élevé : 15 à 20 % de la teneur en fer de vos aliments est bien assimilée, pour les personnes qui consomment des aliments d’origine animale, ou combinent les apports en fer avec de la vitamine C.
  • Taux moyen : 10 % du fer environ est absorbée par l’organisme, pour les ceux qui intègrent des céréales et racines à leur alimentation – mais aussi des tubercules (comme les pommes de terre).
  • Faible absorption : si vous ne consommez aucuns aliments d’origine animale, ni céréales, racines ou tubercules, et n’associez pas vos apports en fer avec de la vitamine C, votre absorption ne dépassera pas les 5 %.
Pour toutes les personnes végétariennes ou véganes, il est fortement recommandé d’intégrer de nombreux aliments riches en fer à leur alimentation ; et de les associer avec des substances ou nutriments qui favorisent l’absorption du fer, comme la vitamine C. (Source : Dubler: T_dY6AzzVXU/ Unsplash.com)

Suppléments de fer liposomal

Il est reconnu que la majorité des suppléments de fer classiques provoquent de désagréables troubles intestinaux. Ce n’est pas le cas des suppléments de fer liposomal Sundt Nutrition. Pour quelle raison ? Grâce à la technologie liposomale, utilisée pour transporter plus efficacement les nutriments au sein de notre système sanguin. Quelle est la technologie qui permet de mettre au point un supplément liposomal ? On répond à toutes vos questions en détails (10, 11, 12) !

Qu’est-ce que les liposomes ?

Imaginez de fines bulles de savon ! Les liposomes sont en quelque sorte de petits sphères, des plus semblables à nos propres membranes cellulaires. Ils ont été mis au point par la nanotechnologie, soit une technologie de pointe appliquée au progrès du transport des médicament ou suppléments au sein du corps humain.

Quels sont les effets des liposomes sur la qualité des suppléments ?

Le rôle clé et bienfait principal de la technologie liposomale est d’accroître la qualité, et efficacité d’absorption des nutriments. Ainsi, en encapsulant le fer dans des liposomes (petites sphères de phospholipides), le nutriment est mieux protégé durant son transport dans le sans, jusqu’à sa zone d’action.

Pourquoi la technologie liposomale est-elle plus efficace ?

Car les liposomes ont l’avantage majeur de booster la biodisponibilité des nutriments transportés – notamment le fer.

Qu’est-ce que la biodisponibilité ?

En comparaison avec le total de nutriments assimilés, seul un certain pourcentage va atteindre sa zone d’action dans l’organisme. Plus cet indicateur de taux d’absorption est élevé, plus on parle de biodisponibilité accrue d’un supplément. Grâce à l’excellente biodisponibilité de la technologie liposomale, les intestins sont également épargnés durant le transport des nutriments. Une bonne nouvelle quand on sait que les suppléments traditionnels en fer provoquent des troubles intestinaux.

Saviez-vous que le fer est éliminé au travers de la peau, l’estomac, l’urine et la transpiration ? (Source : Catalog: 23KdVfc395A/ Unsplash.com)

Quelle est la tolérance digestive des suppléments de fer liposomal ?

Excellente, adieu troubles digestifs et maux d’estomac ! En effet, une fois que le fer est encapsulé dans les liposomes, celui-ci est protégé et transporté jusqu’à sa zone d’action, sans dommages pour l’intestin. La technologie liposomale est à la fois au service de la biodisponibilité, et de votre santé !

Pourquoi choisir les suppléments de fer liposomal Sundt Nutrition ?

Pour en consommer des quantités réduites, tout en bénéficiant d’effets multipliés ! Ainsi, les compléments Sundt Nutrition sont finalement plus rentables. Au-delà de leur excellent rapport qualité-prix, ils sont plus efficaces, et adaptés à tous publics, régimes alimentaires ou allergies.

Les suppléments de fer liposomal Sundt Nutrition sont-ils végan ?

Tout à fait ! Que vous soyez végétarien ou végan : nos supplément de fer liposomal Sundt Nutrition sont faits pour vous ! Entre autres, nos suppléments ne contiennent aucuns OGM, ni arômes ou conservateurs – et bien entendu, ne contiennent aucunes traces d’ingrédients d’origine animale. En bonus, ils sont également très riches en vitamine C !

Quel est le rôle de la vitamine C pour les suppléments de fer liposomal ?

Un rôle majeur ! En effet, la vitamine C est un nutriment qui stimule l’absorption du fer non hémique (soit les teneurs en fer que l’on retrouve dans les aliments d’origine végétale, et non dans les viandes, poissons et fruits de mer). Ainsi, la vitamine C permet à notre organisme de booster ses taux en fer et défenses immunitaires, de manière rapide, simple, sure et efficace. Bref, un geste clé à adopter de toute urgence !

En conclusion

Vous l’aurez compris : le manque de fer n’est pas à prendre à la légère ! Aussi, si jamais vous modifiez vos habitudes alimentaires, ou optez pour un régime principalement de source végétale : avoir recours aux suppléments de fer liposomal Sundt Nutrition est une option de qualité pour combler efficacement vos besoins journaliers. Et ainsi vous tenir éloigné de tout risque de manque de fer. Tentez, essayer nos suppléments c’est les adopter !

Pour quelles raisons les suppléments de fer liposomal s’imposent comme une alternative idéale ? Car vous vous éviterez ainsi les calculs de valeurs nutritionnelles, pourcentages d’absorption et autres complications. En une prise journalière seulement, vous êtes assuré de combler vos apports journaliers recommandés, tout en bénéficiant d’une excellente biodisponibilité. En prime, la garantie d’une supplémentation 100% végétale. Que demander de plus ?

Si notre article sur le manque de fer vous a plu, alors n’hésitez pas à nous laisser un commentaire. Enfin, n’oubliez pas de partager ce guide avec vos proches sur les réseaux sociaux, merci beaucoup !

Références (15)

1. Iron deficiency anemia. National Heart, Lung and Blood Institute (NIH).
Source

2. Individualized treatment of iron deficiency anemia in adults. Michael Alleyne, MD, McDonald K. Horne, MD, and Jeffery L. Miller, MD. Disponible online
Source

3. Iron deficiency anemia. Mayo Clinic. Disponible online
Source

4. The central role of iron in human nutrition: from folk to contemporary medicine by Matteo Briguglio, Silvana Hrelia, Marco Malaguti, Giovanni Lombardi, Patrizia Riso, Marisa Porrini, Paolo Perazzo and Giuseppe Banfi. https://doi.org/10.3390/nu12061761. Disponible online
Source

5. Iron deficiency: causes, consequences and strategies to overcome this nutritional problem. José R Boccio, Venkatesh Iyengar. DOI: 10.1385 / BTER: 94: 1: 1. Disponible online
Source

6. Effects of iron deficiency on cognitive function in school-going adolescent women in rural central India. Sarika Más,V. B. Shivkumar, Nitin Gangane y Sumeet Shende.
Source

7. Iron deficiency anemia. LibreTexts; Medicine. Disponible online
Source

8. Consecuencias de la deficiencia de hierro. Manuel Olivares G, Tomás Walter K. Laboratorio de Micronutrientes, Instituto de Nutrición y Tecnología de los Alimentos (INTA), Universidad de Chile. Rev. chil. nutr. v.30 n. 3 Santiago dic. 2003
Source

9. Informe del comité científico de la Agencia Española de la Seguridad Alimentaria y Nutrición (AESAN) sobre Ingestas Nutricionales de Referencia para la población española. Disponible online
Source

10. Liposomal-encapsulated Ascorbic Acid: Influence on Vitamin C Bioavailability and Capacity to Protect Against Ischemia–Reperfusion Injury. Janelle L. Davis, Hunter L. Paris, Joseph W. Beals, Scott E. Binns, Gregory R. Giordano, Rebecca L. Scalzo, Melani M. Schweder, Emek Blair and Christopher Bell. Journal ListNutr Metab Insightsv.9; 2016PMC4915787. Disponible online
Source

11. Liposomal antioxidants to protect against oxidant-induced damage. Zacharias E. Suntres. Division of Medical Sciences, Northern Ontario College of Medicine, Lakehead University, 955 Oliver Road, Thunder Bay, ON, Canada. Disponible online
Source

12. Assessment of iron transport from ferrous glycinate liposomes using the Caco-2 cell model. Ding Baomiao, Yi Xiangzhou, Li Li and Yang Hualin. Afr Health Sci . 2017 Sep; 17 (3): 933–941. doi: 10.4314 / ahs.v17i3.37. Disponible online
Source

13. Dietary determinants and possible solutions to iron deficiency for young women living in industrialized countries: a review. Kathryn L. Beck, Cathryn A. Conlon, Rozanne Kruger y Jane Coad. Doi:
Source

14. Modeling tool to estimate dietary iron bioavailability in adults with sufficient iron. Susan J Fairweather-Tait , Amy Jennings, Linda J Harvey, Rachel Berry, Janette Walton, y Jack R Dainty. doi: 10.3945 / ajcn.116.147389. Disponible online
Source

15. El hierro en la alimentación Purificación Gómez-Álvarez Salinas. Licenciada en Farmacia. Vol. 18. Núm. 2. Páginas 54-57 (Febrero 2004). Disponible online
Source

Site web officiel
Iron deficiency anemia. National Heart, Lung and Blood Institute (NIH).
Go to source
Article scientifique
Individualized treatment of iron deficiency anemia in adults. Michael Alleyne, MD, McDonald K. Horne, MD, and Jeffery L. Miller, MD. Disponible online
Go to source
Site web officiel
Iron deficiency anemia. Mayo Clinic. Disponible online
Go to source
Article scientifique
The central role of iron in human nutrition: from folk to contemporary medicine by Matteo Briguglio, Silvana Hrelia, Marco Malaguti, Giovanni Lombardi, Patrizia Riso, Marisa Porrini, Paolo Perazzo and Giuseppe Banfi. https://doi.org/10.3390/nu12061761. Disponible online
Go to source
Article scientifique
Iron deficiency: causes, consequences and strategies to overcome this nutritional problem. José R Boccio, Venkatesh Iyengar. DOI: 10.1385 / BTER: 94: 1: 1. Disponible online
Go to source
Expérimentation humaine
Effects of iron deficiency on cognitive function in school-going adolescent women in rural central India. Sarika Más,V. B. Shivkumar, Nitin Gangane y Sumeet Shende.
Go to source
Ebook
Iron deficiency anemia. LibreTexts; Medicine. Disponible online
Go to source
Article scientifique
Consecuencias de la deficiencia de hierro. Manuel Olivares G, Tomás Walter K. Laboratorio de Micronutrientes, Instituto de Nutrición y Tecnología de los Alimentos (INTA), Universidad de Chile. Rev. chil. nutr. v.30 n. 3 Santiago dic. 2003
Go to source
Document officiel
Informe del comité científico de la Agencia Española de la Seguridad Alimentaria y Nutrición (AESAN) sobre Ingestas Nutricionales de Referencia para la población española. Disponible online
Go to source
Article scientifique
Liposomal-encapsulated Ascorbic Acid: Influence on Vitamin C Bioavailability and Capacity to Protect Against Ischemia–Reperfusion Injury. Janelle L. Davis, Hunter L. Paris, Joseph W. Beals, Scott E. Binns, Gregory R. Giordano, Rebecca L. Scalzo, Melani M. Schweder, Emek Blair and Christopher Bell. Journal ListNutr Metab Insightsv.9; 2016PMC4915787. Disponible online
Go to source
Article scientifique
Liposomal antioxidants to protect against oxidant-induced damage. Zacharias E. Suntres. Division of Medical Sciences, Northern Ontario College of Medicine, Lakehead University, 955 Oliver Road, Thunder Bay, ON, Canada. Disponible online
Go to source
Article scientifique
Assessment of iron transport from ferrous glycinate liposomes using the Caco-2 cell model. Ding Baomiao, Yi Xiangzhou, Li Li and Yang Hualin. Afr Health Sci . 2017 Sep; 17 (3): 933–941. doi: 10.4314 / ahs.v17i3.37. Disponible online
Go to source
Article scientifique
Dietary determinants and possible solutions to iron deficiency for young women living in industrialized countries: a review. Kathryn L. Beck, Cathryn A. Conlon, Rozanne Kruger y Jane Coad. Doi:
Go to source
Article scientifique
Modeling tool to estimate dietary iron bioavailability in adults with sufficient iron. Susan J Fairweather-Tait , Amy Jennings, Linda J Harvey, Rachel Berry, Janette Walton, y Jack R Dainty. doi: 10.3945 / ajcn.116.147389. Disponible online
Go to source
Article scientifique
El hierro en la alimentación Purificación Gómez-Álvarez Salinas. Licenciada en Farmacia. Vol. 18. Núm. 2. Páginas 54-57 (Febrero 2004). Disponible online
Go to source
This entry was posted in Blog and tagged .